> Nous joindre

Les 3 cercles d’amélioration

Les visites d‘entreprises représentent des opportunités intéressantes de se remettre en question. C’est une occasion de se comparer ou de prendre des trucs que l’on observe ailleurs, mais qui peuvent être fort intéressants pour notre organisation. C’est d’ailleurs dans cette perspective que je vous présente la philosophie des 3 cercles d’amélioration.

En quoi consiste la formule des 3 cercles?

Pour imager rapidement la formule, voyez-le avec un employé au centre d’une figure entouré de trois cercles, en commençant par le plus petit cercle autour de lui en allant vers l’extérieur vers le plus grand anneau, comme s’il était véritablement en plein milieu d’une cible. L’objectif de la formule est non seulement de le placer au centre des préoccupations de l’organisation, mais de voir par les cercles d’amélioration de quelle façon il sera possible de l’accompagner et l’aider à devenir meilleur.

Le premier cercle : les outils

Dans le premier anneau, le plus éloigné du centre, l’organisation s’assure que l’employé est placé dans de bonnes conditions pour bien faire son boulot, que le travailleur a en main des outils efficaces, en quantité suffisante et en bonne condition. Cette importante étape se fait en collaboration avec l’employé pour qu’il comprenne qu’on souhaite prendre soin de lui et l’aider à bien faire son travail. C’est naturellement lui l’expert de son poste de travail, celui qui connaît le mieux ses besoins.

Par exemple, si le travailleur avait une table de montage à 38 pouces de hauteur (ou facilement ajustable) il pourrait plus facilement manipuler ses outils et les pièces qu’il doit façonner. Cette simple attention réduirait de façon considérable les maux de dos reliés à ses tâches et rendrait les opérations plus faciles à exécuter.

Le deuxième cercle : les processus

À cette étape, le travailleur et son organisation vont tenter d’observer et de comprendre les processus afin de rendre les opérations plus fluides. Ensemble, ils réfléchissent sur la façon dont le travail doit être effectué avec un objectif d’amélioration. Ils cherchent des pistes pour réduire le gaspillage de temps et de matériel, pour réduire les déplacements ou encore pour faciliter les opérations. Une bonne gestion des processus permet d’obtenir un maximum d’efficacité parce que les opérations sont fluides, effectuées dans le bon ordre et pensées pour être faites avec rapidité et efficience.

 

Par exemple, le poste de travail est alimenté par une araignée d’eau (imaginez les petites araignées qui se déplacent avec agilité et rapidité sur les surfaces d’eau). Pour une usine, c’est un travailleur qui se déplace de poste en poste avec pour mission de s’assurer que chacun ne manque pas de matériel pour poursuivre la production. Cette ressource permet d’éviter les déplacements inutiles dans l’usine à la recherche du matériel nécessaire.

Le troisième cercle : les compétences de l’individu

Une fois qu’on aura fourni les bons outils à notre travailleur pour rendre sa tâche plus facile et que les façons de faire auront été pensées pour rendre le travail plus efficace, il restera à trouver ce dont il aura besoin pour aller encore plus loin et s’améliorer personnellement. L’objectif est de permettre à l’entreprise d’avoir les bons effectifs sous la main, à la bonne place, mais également de s’assurer que les travailleurs puissent œuvrer dans des conditions gagnantes et améliorer leurs compétences.

Il pourrait s’agir d’une formation pour faire mieux et faire plus sur son poste ou encore lui permettant d’accéder à de nouvelles responsabilités. Pour d’autres, cela pourrait se traduire par du compagnonnage pour apprendre les trucs des autres ou  même d’un changement de poste afin de permettre à la personne d’accomplir des tâches où elle se sentira plus valorisée ou habile.

La formule n’a rien de sorcier

Faire équipe avec ses employés pour atteindre de meilleurs résultats, quand on y pense, cela n’a rien de sorcier. Les deux ingrédients qui favoriseront la réussite de cette approche sont le temps et la rigueur. Les étapes sont simples, mais il faut prendre le temps de bien les documenter et de les réaliser avec minutie afin que les travailleurs se sentent écoutés et impliqués. La rigueur quant à elle exige de voir et de revoir régulièrement, avec vos équipes, les 3 cercles afin de s’améliorer encore et encore en continu.

Par Luc Constant, commissaire au développement des entreprises

©2017, Carrefour Québec international, tous droits réservés.

Partagez

:: Retour aux actualités ::

Infolettre

Demeurez au fait des nouveautés de CQI et de l’actualité en innovation et transport.

Recevez nos envois.

Partenaires financiers

Développement économique Canada
Ministère des Finances et de l'Économie

Partenaires majeurs

Desjardins
Jolicoeur Lacasse

338, rue William
Drummondville (Québec) J2C 3C3
Téléphone : 819 475-0039
Sans frais : 1 866 475-0039
Télécopieur : 819-475-3918

Suivez-nous

FacebookTwitterLinkedin

info@cqinternational.org
Indications routières