> Nous joindre

Metalus : une entreprise à dimension humaine à l’ère du 4.0!

Alexandre Vincent et Sylvain Audet, propriétaires de Métalus.

Rencontre avec Sylvain Audet, président de Métalus

Le 6 avril dernier, dans le cadre de la première rencontre du nouveau Club des leaders, nous avons eu la chance d’être reçus par monsieur Sylvain Audet, président de Métalus. C’est avec beaucoup d’ouverture qu’il nous a parlé de son entreprise et invités à visiter ses installations.  Spécialisée dans la  transformation de métal en feuille, Métalus est située à Drummondville. L’entreprise  compte 150 employés et elle est également propriétaire de Métal Grenier, à Victoriaville.

Ce qui nous a tout particulièrement marqués  lors de cette rencontre est le caractère innovant dont font preuve les dirigeants non seulement dans les méthodes de production en usine, mais également dans la gestion de l’entreprise, dans  les relations avec leurs clients et avec les membres du personnel. Voici donc ce que nous avons retenu de cette visite et  le parcours d’un entrepreneur dont la vision et les valeurs se traduisent en actions quotidiennes dans son entreprise.

Devenir entrepreneur

À ses débuts, Métalus appartenait à l’entreprise Autobus Girardin de Drummondville. 95% de la production lui était destinée. C’est en 2000 que Sylvain Audet s’est joint à l’entreprise avec pour mandat de trouver une autre niche pour diversifier la clientèle et maximiser la chaîne de production. Quelques années plus tard, avec 2 partenaires, il achetait l’entreprise.

«Tout d’abord, je suis issu du domaine bancaire, ce qui a rien à voir avec le métal. Je partais donc de loin. J’ai commencé chez Métalus comme représentant. C’est à partir de 2001 que l’entreprise a commencé à changer de vocation avec la diversification des clients. Trois ans plus tard, nous avions triplé le chiffre d’affaires. En 2008, les Girardin avaient d’autres projets et souhaitaient vendre. Bernard, l’ancien président de Métalus m’a alors proposé de me joindre à lui  et de reprendre  l’entreprise.  Alexandre, le directeur de production de l’époque et mon associé actuel, s’est également ajouté au projet et nous  avons acheté l’entreprise».

Gérer son entreprise différemment

Métalus est un bel exemple de relève entrepreneuriale. Dès l’achat par les trois associés, le plan était tracé afin d’assurer sa pérennité et sa croissance.  Aujourd’hui gérée par deux partenaires, chacun a  su y trouver sa place et mettre à profit ses talents. Alexandre est vice-président aux opérations. Il s’occupe de tout ce qui a trait à la production et au génie industriel.  Pour sa part, Sylvain occupe les fonctions de président et il est responsable des finances, des achats, des ressources humaines et des ventes.

«Dès le départ, nous avions un plan de relève, car Bernard prévoyait prendre sa retraite quelques années suivant l’achat.  C’est ce qu’il a fait en 2012. Cela nous a laissé le temps à Alexandre et à moi de faire notre apprentissage avant de prendre les rênes. Pendant quelque temps, Bernard  est aussi  demeuré proche de l’entreprise pour nous épauler et faire du  transfert un succès. Certains diront qu’être  seul capitaine de son bateau est  plus facile, mais pouvoir échanger avec une autre personne, valider ses idées et partager les responsabilités, les succès et parfois les erreurs de parcours est très enrichissant.  Je suis très content de pouvoir faire équipe avec Alexandre. Nous gérons vraiment Métalus à deux. Nous avons chacun nos responsabilités et chacun respecte le champs d’expertise de l’autre. Mises ensemble, nos forces se complètent bien et je crois que cela nous permet de faire avancer l’entreprise plus rapidement».

Miser sur le personnel

Quand on entre chez Métalus, on sent tout de suite que les valeurs de l’entreprise (le respect, l’équipe et la rigueur)  sont importantes, qu’elles sont partagées avec les employés et qu’elles font concrètement partie des actions. Beaucoup de travail a été réalisé en ressources humaines pour faciliter l’intégration des nouveaux employés, encourager la formation continue et favoriser la rétention du personnel.

«Actuellement nous travaillons sur un système de formation vidéo pour chaque poste de travail afin que les employés puissent s’autoformer. Chez nous, chaque nouvel employé est parrainé par un employé senior.  Il y a des dîners d’intégration et d’échange. Nous avons plusieurs personnes qui sont chez Métalus depuis 10 ou 15 ans. Nous nous assurons que leur expérience soit reconnue et que leur engagement envers l’entreprise soit souligné.

La promotion de la santé et de saines habitudes de vie occupent aussi une grande place. Nous offrons régulièrement et gratuitement des collations santé. Nous avons aménagé un gym. Une kinésiologue est avec nous 20 h par semaine pour monter des programmes d’entraînement et de nutrition. Elle a aussi réaménagé plusieurs espaces de travail afin de réduire les problèmes de posture et les risques de blessures.

Les employés sont aussi invités à nous dire comment ils se sentent dans l’entreprise. À la fin de chaque semaine, Alexandre ou moi allons les rencontrer, et ce pour chacun des quarts de travail qu’il soit de jour, de soir ou de fin de semaine. Nous prenons le temps de discuter avec eux et de leur souhaiter un bon week-end. C’est important pour nous de le faire et les gens apprécient. Nous souhaitons que les employés se sentent bien chez nous et qu’ils y restent longtemps.»

Prioriser la production et l’efficacité

Pour Sylvain Audet, une des priorités en 2017 sera la production et l’efficacité. Pour ce faire, Métalus a choisi de se tourner vers l’industrie 4.0., soit une usine dite «intelligente». Les projets sont nombreux et plus que jamais l’entreprise regarde vers l’avenir.

«Nous sommes dans les premières phases de la transition vers le 4.0. Nous avons décidé d’être une usine sans papier. Il faut savoir que nous produisons plus de 1000 bons de travail par semaine. Tout sera maintenant numérisé.

Notre équipe de TI a trouvé un logiciel que nous avons amélioré pour mieux satisfaire à nos besoins. Nous avons commencé l’implantation chez nous il y a quelques semaines.  Chaque poste de travail aura un écran tactile qui permettra d’avoir des instructions de travail en images pour chaque étape de fabrication. Cela permettra d’améliorer la qualité du produit, de mieux gérer les temps de production et d’avoir des données de performance, le tout dans un objectif d’amélioration. Comme tout est documenté, le système contribuera à la rétention et au partage des connaissances des employés. Nous avons aussi  refait toutes les lignes de production et revu le système de gouvernance. De beaux défis sont à venir! »

Propos recueillis par Stéphanie Trudel, coordonnatrice aux communications, CQI
© 2017, Carrefour Québec international. Tous droits réservés.

 

Partagez

:: Retour aux actualités ::

Infolettre

Demeurez au fait des nouveautés de CQI et de l’actualité en innovation et transport.

Recevez nos envois.

Partenaires financiers

Développement économique Canada
Ministère des Finances et de l'Économie

Partenaires majeurs

Desjardins
Jolicoeur Lacasse

338, rue William
Drummondville (Québec) J2C 3C3
Téléphone : 819 475-0039
Sans frais : 1 866 475-0039
Télécopieur : 819-475-3918

Suivez-nous

FacebookTwitterLinkedin

info@cqinternational.org
Indications routières