Actualités

S'inspirer et rester branchés!
Yvon-Laplante-Verbom-usine-992x508px

«Pour exporter il faut être différent et pour être différent il faut innover!»

09-01-2017 / Succès d'entrepreneur

 Yvon Laplante de l’entreprise Verbom, conférencier d’honneur au Colloque export 2017

C’est avec grand plaisir que nous accueillerons à titre de conférencier invité, le 3 février prochain, dans le cadre du Colloque export 2017 Mauricie Rive-Sud, monsieur Yvon Laplante, actionnaire et directeur du développement des affaires chez Verbom et président de CQI. Monsieur Laplante, un homme au parcours inspirant et au dynamisme contagieux, a généreusement accepté l’invitation de venir partager son expérience d’entrepreneur et d’exportateur.

Rappelons que son entreprise, qui compte aujourd’hui plus de 220 employés, offre des services d’ingénierie-conseil (VRD), d’outillage et de production dans les domaines de l’automobile, des véhicules récréatifs et des transports en commun. Manufacturier exportateur et innovant, on retrouve parmi ses principaux clients des entreprises de classe mondiale telles que : Volkswagen, Ferrari et Tesla.

Nous avons eu le plaisir de rencontrer monsieur Laplante en début d’année et nous avons profité de l’occasion pour nous entretenir avec lui de sa participation à l’événement et des projets de Verbom pour 2017.

Tout d’abord, pourquoi avez-vous accepté de participer au Colloque export?

Je crois fondamentalement qu’il faut donner pour recevoir. Chez Verbom, nous avons eu beaucoup d’aide et de soutien tout au long des années. Pour moi, c’est une façon de redonner, d’être utile, d’aider d’autres entrepreneurs et de contribuer au développement économique. Mon implication auprès de CQI et de l’Initiative manufacturière d’Investissement Québec, qui sera d’ailleurs présentée lors du colloque, va également en ce sens.

Justement, quelle a été votre contribution dans le cadre de l’Initiative manufacturière?

Une trentaine d’entreprises issues de différents secteurs d’activité, dont Verbom, ont été invitées à discuter de leurs enjeux, de ce qui peut freiner leur développement et des pistes de solution possibles.  Ensemble, nous avons donc identifié 10 éléments majeurs qui, en les améliorant, permettraient de propulser les entreprises d’ici et d’augmenter la valeur du PIB manufacturier québécois.

Votre conférence s’intitule : L’exportation par l’innovation, en quoi ces deux aspects sont-ils étroitement liés?

Pour exporter aujourd’hui, il faut être différent. Pour être différent, il faut innover. Si tu exportes en ayant une stratégie basée uniquement sur le prix, ça ne fonctionnera pas. Au Canada, nos entreprises ne peuvent pas concurrencer sur les marchés contre les produits « low cost » comme ceux offerts par la Chine, par exemple. Le futur de nos entreprises passe par le positionnement de l’offre. Pour ce faire, on doit se démarquer. C’est ce qui fait la différence. Pour moi, exportation et innovation sont reliés et vont ensemble.

Comment cela se traduira-t-il pour Verbom en 2017?

Actuellement, nous travaillons, entre autres, sur une ligne de montage 4.0 qui permettra une production dite « smart » ou intelligente, basée sur l’utilisation des nouvelles technologies. Tout sera donc complètement automatisé et robotisé. Par exemple, via un téléphone cellulaire ou une tablette, il sera possible de recueillir des données de production, de vérifier des composantes sur une machine, de contrôler des opérations à distances, etc. À partir d’avril 2017, tout l’arrière du model X de Tesla sera fait par Verbom avec cette nouvelle ligne de montage 4.0.

En terminant, que voudriez-vous que les entrepreneurs présents lors du Colloque export retiennent de votre présentation?

Exporter demande beaucoup d’investissement humain. Parfois les gens me disent : «Chez Verbom ça va bien vous autres! Ça roule tout seul!» Je peux vous dire que nous avons eu notre lot d’embuches et que toute l’équipe a mis beaucoup d’efforts pour arriver à ce que nous sommes aujourd’hui. Ce que j’aimerais que les gens retiennent est que, si on a un but ou un rêve, il faut y croire, travailler dans le sens où l’on veut aller et surtout ne pas lâcher!

Propos recueillis par Stéphanie Trudel, coordonnatrice aux communications, CQI
© 2017, Carrefour Québec international. Tous droits réservés.

Autres liens:

«Pour exporter, il faut être prêt à investir!», CQI 2015 >

verbom logo

colloque-export-tr-2017-diapo-v3

 

 

 

 

 


Infos et inscriptions

 

 

Partager