Actualités

S'inspirer et rester branchés!
michel-therrien-lab-integration-cqi

«Avoir une expertise unique, qui nous appartient, permet de faire un bond en avant et d’avoir une longueur d’avance!»

04-04-2017 / Succès d'entrepreneur

Entrevue avec M. Michel Therrien, président, Lab Integration

Lab Integration est une entreprise qui conçoit et fabrique des instruments pour effectuer des tests de résistance sur différents matériaux utilisés par les fabricants qui leur permettent de s’assurer que leurs matériaux rencontrent les normes et exigences de ce pour quoi ils ont été conçus. Récemment, j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec monsieur Michel Therrien, président de cette jeune entreprise sherbrookoise, qui a bien voulu nous accorder une entrevue afin de nous en apprendre davantage sur ce domaine d’activité et sur  ses projets pour son entreprise.

Tour d’abord, donnez-moi un exemple des matériaux que vous testez?

Nous travaillons beaucoup avec des entreprises du secteur automobile, notamment pour vérifier la résistance des soudures de certaines pièces. Les fabricants doivent souder des écrous, des vis et des plaques. Par exemple, ils se servent de nos machines pour pousser sur la soudure afin de vérifier si un écrou ou une vis risque de céder, ou à l’inverse, si le tout soutient bien la charge. Situés en Estrie, nous sommes également très présents dans le secteur des élastomères où nos instruments permettent de tester la résistance et l’élongation du caoutchouc. Le bois d’ingénierie (panneaux de particules, panneaux de lamelles orientées et panneaux de mdf) est aussi un excellent secteur d’activité, car ces produits sont souvent conçus pour supporter des charges importantes qui doivent être testées selon les normes.

Comment avez-vous développé votre spécialisation dans ce domaine?

C’est un domaine très pointu. J’ai commencé en distribuant les produits d’autres manufacturiers et j’ai développé une grande passion et un grand intérêt pour le domaine.  Ayant le sentiment qu’on pouvait faire beaucoup mieux pour nos clients, Lab Integration a commencé en offrant des modernisations de machines. Cela nous a amenés à travailler sur une panoplie de modèles. C’était la façon idéale d’apprendre tous les raffinements requis pour faire la différence, le tout supporté par des experts qui sont toujours avec nous. Chez Lab Integration, nous avons maintenant plusieurs experts en développement mécanique, en électronique et en développement de logiciels. Ils arrivent avec leur dynamisme, leur expérience et leurs talents. La mise en commun de nos compétences fait en sorte que nous sommes en mesure de bien servir nos clients et d’innover afin de répondre à des demandes spécifiques.

Vous semblez d’ailleurs vouloir vous orienter davantage vers la recherche. Pourquoi?

Avoir une expertise unique,  qui nous appartient, permet souvent de faire un bond en avant et d’avoir une longueur d’avance. Quand on est à la remorque des autres, il est difficile de se démarquer. Par expérience, dès que nous développons un nouveau produit spécifique à Lab Integration, cela fait avancer l’entreprise, car il a des répercutions notables dans les industries que nous servons. Il y a donc de vrais avantages à investir dans la recherche et l‘innovation.

Vous évoluez dans un marché très compétitif, avec des entreprises de grande envergure, comment réussissez-vous à  faire votre place?

Effectivement, nous nous mesurons à de grandes firmes. Cependant, nous nous démarquons parce que nous sommes intéressés, curieux du vrai besoin de nos clients et nous nous mettons en action rapidement pour répondre à des demandes très spécifiques. On ne sert pas la même sauce à tout le monde, mais plutôt celle dont ils ont besoin. Chez Lab Integration, quand un fabricant à une nouvelle problématique ou un nouveau besoin, toute notre équipe se met au travail afin de lui apporter une solution nouvelle. Ça fait la différence.

Quels sont vos projets d’exportation?

Nous sommes présentement très bien établis au Canada, mais nous souhaitons quand même développer davantage l’Ontario dans le domaine automobile. Avec CQI, nous avons fait une stratégie Web à l’international et nous travaillons actuellement à préparer notre entrée aux États-Unis. Nous commencerons avec un produit que nous pouvons bien supporter et nous verrons par la suite.

Quelles problématiques aviez-vous par rapport au Web?

Je trouvais que nous n’utilisions pas assez le Web, alors qu’aujourd’hui, c’est un incontournable peu importe le type d’entreprise que nous avons. Mais surtout, notre site Web n’était pas à la hauteur de ce que nous sommes et il ne reflétait pas l’image et les capacités de notre entreprise. Comme plusieurs PME, un des problèmes est que nous n’avions personne pour alimenter notre site et nos médias sociaux. Maintenant nous avons une ressource interne dédiée au Web.

Qu’est-ce que l’accompagnement de CQI vous a apporté ?

Tout d’abord, je dirais que CQI nous a aidés à trouver un ton et une façon de parler aux clients à travers le Web. Nous avons aussi identifié ce que nous voulions faire exactement. Souvent, les agences veulent le contrat pour construire le site Web, mais les éléments proposés ne sont pas adaptés à nos besoins ou à notre secteur d’activité. CQI est une ressource neutre qui nous a guidés. On se sent plus en confiance. Je suis très enthousiaste!

En terminant que diriez-vous à un entrepreneur qui commence à l’exportation?

Je crois qu’il faut d’abord croire en son produit, en ses solutions, pour avoir le désir qu’elles bénéficiant à tous.  Nous servons toujours les besoins d’individus dans des entreprises. Ensuite, faire une étude et un plan est très important, car il bâtit notre confiance ce qui augmente nos chances de succès. CQI est, nous trouvons, une excellente ressource pour ce faire.

Propos recueillis par Stéphanie Trudel, coordonnatrice aux communications, CQI
© 2017, Carrefour Québec international. Tous droits réservés.

D’autres entrevues qui pourraient vous intéresser :

«Lorsqu’on est passionné de ce que l’on fait, la fierté est quotidienne!» – M. Réjean Bergevin, vice-président au développement des affaires, GDG environnement

«Pour exporter il faut être différent et pour être différent il faut innover!» – M. Yvon Laplante de l’entreprise Verbom

NGC Aérospatiale : des innovations d’ici, partout sur la planète et dans l’espace! – M. Jean de Lafontaine, président

 

Partager