Actualités

S'inspirer et rester branchés!
Eric-Joubert-Inducties-Payer-Bois-Laurentide-actualite-CQI

« À titre d’entrepreneur, j’ai besoin d’être challengé! Pouvoir compter sur une bonne équipe, qui amène de nouvelles idées, est très stimulant! »

05-09-2017 / Succès d'entrepreneur

Entretien avec Éric Joubert, propriétaire de Bois Laurentide et d’Industries PAYER –

En mai dernier, lors de l’assemblée générale annuelle, deux nouveaux administrateurs se sont joints au conseil d’administration. Afin de vous les faire connaître, nous vous présentons, dans les deux prochaines éditions de l’infolettre, leur profil d’entrepreneur. Débutons avec monsieur Éric Joubert, propriétaire de Bois Laurentide et d’Industries PAYER, respectivement situées à Saint-Célestin et à Sainte-Monique.  

Qui est Éric Joubert ?

Je suis originaire de Shawinigan et technologue en génie civil de profession, mais je n’ai pas vraiment travaillé longtemps dans ce domaine. Par la suite, j’ai été journalier dans plusieurs multinationales, dont Bridgestone-Firestone et Alcan. Par contre, je manquais de défis. Je suis donc retourné aux études en santé-sécurité et j’ai accédé à des postes-cadres chez Alcan de Shawinigan et par la suite chez Olin de Bécancour avant de devenir propriétaire de Bois Laurentide et d’Industries PAYER avec mon associé Stéphane Toupin.

Qu’est-ce qui vous a amené à vouloir à vous lancer en affaires?

Après avoir œuvré en santé-sécurité, en ressources humaines, en environnement et en supervision d’équipes de travail sur plusieurs quarts de travail, il me manquait encore quelque chose pour m’accomplir professionnellement. À travers ces expériences, je me suis découvert comme gestionnaire et c’est dans cette voie que je voulais orienter dorénavant ma vie professionnelle. Je me suis alors dit que, si j’étais capable de le faire pour d’autres, pourquoi ne pas le faire pour moi? J’ai donc pris contact avec un ancien collègue de chez Alcan, Stéphane Toupin et nous avons acheté Bois Laurentide en 2015, puis Industries PAYER en 2016.

Quelles sont vos activités et quels sont les marchés à l’export que vous couvrez?

Tout d’abord Bois Laurentide se spécialise dans l’emballage en bois de marchandise hors standard. Tout est fait sur mesure. Je dirais que nos produits se retrouvent à 80 % sur les marchés extérieurs, mais par l’intermédiaire de nos clients. Nous n’exportons pas en tant que tel. Pour ce qui est d’Industries PAYER, l’entreprise se spécialise dans la fabrication d’attaches industrielles qui sont utilisées, à titre d’exemple, dans le secteur de l’hydroélectricité, des télécommunications, de la construction, etc. Nos attaches se retrouvent partout à travers le monde, que ce soit au États-Unis, en Europe, à Dubaï, etc.

Comment avez-vous développé ces marchés ?

Tout d’abord il faut savoir que l’entreprise existe depuis plus de 50 ans. C’est la famille Payer qui l’a mise sur pied et qui a créé plusieurs produits. Cela remonte à la seconde phase de nationalisation de l’électricité des années 60. Industries PAYER exportait déjà et jouissait d’une excellente réputation à l’international.  Par contre, quand nous l’avons acquise, celle-ci était à maturité par rapport à ce que la famille Payer souhaitait réaliser. Même si nous sommes propriétaires depuis 9 mois seulement, nous avons déjà fait plusieurs démarches pour la faire progresser et l’amener à un autre niveau.

Quelles sont les démarches que vous avez entreprises ?

Tout d’abord, grâce aux banques de données léguées par les anciens propriétaires, nous avons rappelé tous les clients qui s’étaient perdus au fil des ans. Nous avons aussi engagé un directeur au développement des affaires qui parlent quatre langues et qui nous ouvrent des portes à l’international. Nous allons également rencontrer les clients sur place, pour établir un lien avec eux. Depuis quelques mois, nous sommes très souvent en déplacement. Il est très important pour nous de connaître nos clients et nos distributeurs, qu’ils sachent avec qui ils font affaire, qu’on puisse se serrer la main.

Y a -t -il beaucoup de concurrence dans ce secteur à l’international?

Nous avons seulement un compétiteur sérieux en Amérique du Nord. Plusieurs entreprises de production de masse fabriquent des attaches industrielles bas de gamme, mais dans les secteurs où nous évoluons, la qualité du produit est très importante, car il y a souvent un enjeu de sécurité. Par exemple, lorsqu’une société Hydro-électrique a besoin d’attaches pour soutenir une ligne à haute tension, inévitablement elle ne lésine pas sur la qualité et souhaite avoir le meilleur produit sur le marché. Nos attaches sont certifiées ISO et respectent des normes strictes de fabrication.

Vous exportez sur plusieurs marchés à travers le monde, quels sont vos modes de transport?

Le transport demande une logistique incroyable. La marchandise peut être envoyée par bateau, par avion par train. Parfois ce sont des agencements de plusieurs modes de transport. C’est du cas par cas et c’est toujours à recommencer selon le client. Certains veulent recevoir la marchandise au port, d’autres directement à la porte de leur entreprise, certains veulent venir la chercher… C’est parfois très complexe. Nous avons d’excellents collaborateurs qui nous aident à coordonner le tout. Nous avons d’ailleurs fait appel à CQI à quelques reprises.

Vous avez également réalisé avec CQI l’atelier de réflexion sur le modèle d’affaires. Qu’avez-vous retiré de cet exercice?

À tire d’entrepreneur, j’ai besoin d’être challengé, d’avoir de nouvelles idées, d’aller chercher de l’information. Ayant acquis l’entreprise récemment, nous avons une nouvelle équipe et c’était une façon pour nous de partir du bon pied. Nous nous sommes assis tout le monde ensemble pour réfléchir à l’entreprise, déterminer vers où nous souhaitons aller, ce qui fonctionne bien et ce qui pourrait être amélioré. À la suite du passage de CQI, nous sommes allés chercher plusieurs propriétés intellectuelles incontournables. L’exercice de réflexion nous a également aidés à réaliser notre planification stratégique. Encore aujourd’hui, je me réfère à l’outil que nous avons utilisé avec CQI.

Quels sont vos plus grands défis chez Industrie PAYER?

Le défi est de garder l’équilibre entre la recherche de nouveaux clients et la capacité de production. Nous sommes en pleine progression. Nous pensons quadrupler nos ventes au cours des prochains mois. Nous venons d’ailleurs d’acheter une nouvelle bâtisse. Plusieurs de nos nouveaux clients nous trouvent d’eux-mêmes, par l’entremise de notre site Web et en général ce sont des clients qui commandent en grand volume. Le défi est donc de répondre à la demande, d’être efficace et de continuer à bien servir nos clients.

Quel conseil donneriez-vous à un entrepreneur qui souhaite exporter?

Je leur dirais de bien s’entourer, d’avoir de bons collaborateurs et une excellente équipe. Avec Stéphane Toupin comme associé tout est possible, nous sommes à l’opposé l’un de l’autre, mais ça fonctionne très bien, car nous nous complétons pleinement et la confiance est totale. Aussi, nous faisons vraiment équipe avec notre personnel. Sans eux, il n’y aurait pas d’entreprise. C’est très important pour nous que tous se sentent impliqués. Nous réfléchissons beaucoup en équipe et nous gardons les meilleures idées. Chacun peut contribuer à la progression de l’entreprise.

En terminant, en mai dernier, vous avez accepté de siéger au conseil d’administration de CQI. Qu’est-ce qui a motivé votre décision ?

Je connaissais CQI pour avoir participé à des activités et à des formations. J’étais intéressé par ce que CQI faisait, mais avec Bois Laurentide, nous n’exportons pas vraiment. Quand nous avons acheté Industries PAYER, nous avons eu besoin rapidement des services de CQI. J’ai beaucoup aimé les gens avec qui j’ai travaillé. On sentait qu’ils étaient là pour nous aider et ce fut une belle expérience. Quand on m’a approché pour faire partie du conseil, j’étais des plus heureux! Ma première rencontre à titre d’administrateur aura lieu en septembre. J’ai très hâte de participer, de rencontrer les autres entrepreneurs membres du CA et de pouvoir mettre l’épaule à la roue!

 

 

 

 

 

 

Bois Laurentide
Produits : palettes, boîtes et emballages en bois
Nombre d’employés : 18
Marché : Canada

Industries PAYER
Produits : tiges et attaches pour le secteur hydroélectrique
Nombre d’employés :  17
Marchés : Canada, États-Unis, Europe, Émirats arabes unis

Propos recueillis par Stéphanie Trudel, directrice des communications, CQI
© 2017, Carrefour Québec international. Tous droits réservés.

Partager